fbpx
21 novembre 2019

Radiateur électrique ou chauffage central ?

Depuis le mois d’Octobre 2019, un grand producteur d’électricité français (celui-ci) martèle sur tous les canaux de communication imaginables des annonces de publicité-information visant à montrer que la mauvaise presse dont souffre le chauffage électrique n’est pas justifiée. 

Comme l’argumentaire navigue entre mauvaise foi, logique douteuse et informations insignifiantes, j’ai voulu tout reprendre, point par point, en ajoutant en conclusion une “idée à recevoir”. 

Dans cet article, je suis donc exactement la structure de l’une des publicités publiées (celle-ci)… et je discute. Comme dit l’article original : faisons le point sur l’opinion affichée “revue et corrigée”. 

Idée reçue n°1 sur les radiateurs électriques : « C’est énergivore ! »

On commence assez fort, avec cet argumentaire : 

Pourtant, lorsque la facture d’électricité est élevée, c’est bien souvent dû à une mauvaise isolation du logement, plutôt qu’à des radiateurs gourmands en énergie ! Saviez-vous qu’en réalité, ce sont les bâtiments qui sont énergivores, lorsqu’ils sont mal isolés ?

C’est évidemment largement vrai, même si chez Incub’, on préfère dire que c’est l’interaction bâtiment-habitants qui fonctionne mal. On ne va pas chipoter. 

Ne chipotons pas non plus sur l’expression “radiateur gourmand en énergie”, qui ne veut pas dire grand chose. Un radiateur, c’est un émetteur. C’est son travail de diffuser l’énergie qu’on injecte dedans. La notion de “rendement d’émission” existe, certes, mais elle n’a pas grand-chose à voir avec la “gourmandise” de l’appareil. 

Même des articles peu spécialisés affirment que les bâtiment mal isolés, c’est la majorité (plus de 80% d’après cette source grand public). Si néanmoins je poursuis le raisonnement, j’en arrive à la conclusion que ce n’est que dans les bâtiments récents très bien isolés qu’un chauffage électrique est envisageable.

Ce qu’est un bâtiment bien isolé

La définition, pour EDF, d’un bâtiment bien isolé est assez étrange. On nous explique d’abord ce qu’est un bâtiment énergivore, pour expliquer ce qui l’est moins :

C’est le cas en particulier des logements construits avant 1975, qui n’étaient soumis à aucune réglementation thermique. Les bâtiments construits après cette date sont mieux isolés, car soumis à une stricte réglementation.

Voilà qui est curieux :

  • Aucune distinction n’est faite entre les antiques réglementations des années 70 et les récentes RT2005 ou RT2012… Tout ça, c’est une “stricte réglementation”. Pourtant, l’ADEME ne semble pas tout à fait d’accord. Si on regarde page 138 de ce passionnant document, on remarque que les “strictes réglementations” ne sont pas si évidentes que cela dans une perspective historique. Entre les “très énergivores d’avant 1975 et les autres, la différence n’est pas si flagrante.
chauffage électrique - réglementation
  • mais incidemment, on comprend donc que le chauffage électrique ne serait, finalement, destiné qu’aux bâtiments très récents à très faibles besoins. C’est un discours jamais entendu de la part du producteur historique. Nous y reviendrons à la fin de cet article. Ce qui est clair, c’est qu’EDF considère que tous les bâtiments “de notre époque” entrent dans cette catégorie. Et pour le coup, ce n’est vraiment pas le cas. 

Un chiffre carrément mensonger

Encore plus curieux, on nous propose ensuite une “info parlante”. Accrochons-nous :

Une info parlante : un logement neuf construit aujourd’hui et chauffé à l’électricité a une consommation environ 60 % plus faible qu’un logement neuf chauffé au gaz !

Pour le coup… je ne comprends pas. J’ai beau tourner le calcul dans tous les sens, en énergie primaire ou finale, je ne vois pas comment c’est possible… À moins d’imaginer qu’EDF considère que le rendement de production d’une installation au gaz est de 40% ? 

La formulation EDF revient quasiment à affirmer que si, heureux acquéreur d’un logement neuf chauffé au gaz, il suffit que j’achète 3 radiateurs électrique et laisse ma chaudière gaz arrêtée, et ma facture se réduit de 60 % ? Miraculeux…

Si quelqu’un veut bien m’expliquer, j’en serais heureux… et s’il n’y pas d’explication, cette “info parlante” est carrément mensongère. 

En réalité, si on mène un calcul en énergie primaire (comme la réglementation le fait), toutes choses égales par ailleurs, la formulation correcte serait : un logement neuf construit aujourd’hui et chauffé à l’électricité a une consommation environ 2,6 fois celle d’un logement neuf chauffé au gaz !

Pas tout à fait pareil…

Pseudo-intelligence, études obscures et chiffres détournés

Nous avons maintenant droit au couplet sur “l’intelligence” des appareils modernes :

Aujourd’hui, les appareils de dernière génération sont programmables, dotés de fonctionnalités intelligentes (détecteur de présence et d’ouverture de fenêtres, par exemple), et même connectés pour certains. Avec à la clé, jusqu’à 30% d’économies d’énergie en remplaçant un appareil de première génération par un radiateur de dernière génération1

Bon… donc si vous prenez le pire vieux des pires vieux machins, et que vous le comparez au plus moderne des appareils “intelligents”, vous obtenez 30% d’économie. Source de l’information ? Le petit “1” vous informe que c’est une étude GIFAM-Toluna. Qui sont ces gens ? 

Le GIFAM est un groupement de marques d’équipements ménagers, très porté sur la “connectivité”. Des vendeurs d’appareils, donc. Et Toluna… est une entreprise d’enquête en ligne dont le slogan est “influence your world”. Des gens répondent aux enquêtes, et on leur donne en échange des récompenses. 

Quand on regarde cette “étude”, elle s’avère donc purement déclarative et faite à la demande de gens vendant des appareils “intelligents”. En matière d’impartialité, on fait mieux… 

Mais c’est encore plus surprenant quand on entre un peu dans le détail de “l’étude”, du moins quand on en retrouve des analyses (je n’ai pas pu trouver l’étude originale). On apprend par exemple dans cette source

Les résultats de l’étude GIFAM-Toluna 2017 révèlent que les utilisateurs qui ont changé d’appareils affirment faire des économies d’énergie :

• En matière de chauffage électrique, parmi les propriétaires ayant renouvelé leurs appareils il y a moins de 6 ans :
o Ils sont 72% à estimer que dans le même temps leur consommation d’énergie a diminué, dont 26% significativement.
o Ce sont les appareils programmables et intelligents qui permettent l’amélioration la plus significative en termes de consommation d’énergie.

Ah… mais ce n’est pas du tout la même chose… 

EDF nous dit dans sa publicité que les économies sont de 30%. Sauf que cette “étude”, basée sur des déclarations, montre que 26% des gens estiment que leur consommation a diminué significativement. Ça n’a aucun rapport. Comment est évalué ce taux d’économie ? Il n’y en a aucune trace.

Surtout quand on consulte l’étude TREMI, de l’ADEME (un organisme officiel), qui affirme p.14 du document de synthèse :

27 % des ménages ayant réalisé des travaux pendant la période étudiée estiment que tous les travaux de maîtrise de l’énergie ont été faits. Or, seuls 5 % des travaux réalisés ont un impact énergétique important (saut de 2 classes énergétiques type DPE). Il y a donc une différence entre la définition que donnent les ménages pour un logement rénové du point de vue énergétique et les ambitions des pouvoirs publics.

Ah… donc, parmi le panel des gens qui “font des travaux”, 30% estiment faire des économies… mais seuls 5% en font vraiment. Conclusion : on ne peut absolument pas faire confiance à l’avis des gens sur les économies d’énergie

Résumons :

  • EDF confond les économies d’énergie avec le taux de personnes qui estiment faire des économies d’énergie. Je ne trouve nulle part dans la source mentionnée le fait que le chauffage électrique moderne permet 30% d’économie. (si je me trompe, merci de me communiquer la source !)
  • La méthode utilisée dans l’enquête, réalisée par un syndicat professionnel partial à partir d’une plateforme commerciale, se base uniquement sur des estimations déclarées dont l’ADEME dit qu’on ne peut absolument pas leur faire confiance

Conclusion ? Et bien soit les appareils modernes permettent effectivement des économies, mais il faudrait fournir une source correcte et vérifiable. Soit ils ne le permettent pas, et il s’agit d’une affirmation sans fondement et abusive. 

Idée reçue n°2 sur les radiateurs électriques : « Ça coûte cher ! »

Oui, évidemment, c’est une “idée reçue” qui a la vie dure. Serait-ce parce qu’elle contient une part de vérité ? Pas pour EDF, et attention, il va vous le prouver. 

Le chauffage électrique économique, c’est pourtant une réalité dans un logement bien isolé. Comme évoqué plus haut, du fait des réglementations successives plus exigeantes pour les logements chauffés à l’électricité, ceux-ci sont globalement mieux isolés, induisant des consommations de chauffage plus faibles.

Moui… effectivement, on a déjà eu droit à l’argument des “réglementations exigeantes”, passablement raté. Mais surtout, la logique est bancale. Si les logements sont mieux isolés, le chauffage sera plus économique quelque soit le mode choisi. Et si, toutes choses égales par ailleurs, l’électricité est le plus cher… il restera le plus cher. 

C’est confirmé : ça coûte cher

Cela semble bien le cas, comme le montre par exemple ce graphique d’évolution du prix des énergies, sympathiquement fourni par l’ASDER.

chauffage électrique - prix

Il dit tout simplement quand quand vous avez une unité de chaleur à injecter quelque part, l’électricité a toujours été, depuis 2003, ce qu’il y a de plus cher, et que ça ne s’arrange pas avec le temps !

Même en insistant : ça coûte plus cher

Mais continuons avec un argument intéressant :

D’autre part, avec un logement tout électrique, vous ne payez qu’un seul abonnement pour vos énergies, au lieu de deux si vous êtes chauffé au gaz ! Ce qui représente, selon vos usages, une économie pouvant aller jusqu’à 200 € / an.

A titre de comparaison, la facture énergétique globale d’une maison individuelle chauffée à l’électricité est 15% moins chère que celle d’une maison chauffée au gaz et 20% moins élevée que celle d’une maison chauffée au fuel2.

Ce petit paragraphe pose de multiples questions :

  • Celle du coût de l’abonnement, que je trouve traitée à la légère : le texte laisse penser que “un abonnement”, c’est quelque chose qui a un tarif fixe. Sauf que ce n’est pas le cas. Lorsque vous passez en “tout électricité”, vous devez choisir un abonnement qui permette d’appeler également la puissance de votre chauffage. Et soyez certain qu’il est rare qu’on vous propose l’abonnement au plus juste. On ne passe donc pas simplement de “deux abonnements” à “un abonnement”. On passe de “1 petit abonnement électricité + 1 abonnement gaz” à “1 gros abonnement électricité”.
  • Puis on parle d’une facture énergétique globale pour une maison individuelle, en mentionnant une source (le petit “2”) reconnue, le CEREN. Aucun lien vers l’étude en question, et j’ai beau chercher dans les publications du CEREN, je ne retrouve pas la conclusion mentionnée. Si quelqu’un veut bien me la faire suivre. 
  • On trouve en revanche dans une belle synthèse sur la précarité énergétique (p.49) des informations telles que : “l’étiquette énergie est d’autant meilleure que le logement est bien isolé, privilégie d’autres formes d’énergie que l’électricité pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire et bénéficie d’un climat doux“. 
  • La seule donnée que j’ai pu trouver semblant dire qu’on “paye moins avec l’électricité”, je l’ai trouvée dans une synthèse de l’étude Phébus. On y trouve ce tableau sur les consommation des ménages :
chauffage électrique -tarifs

On peut bien y lire, si on va vite, que le montant moyen dépensé dans les logements qui utilisent l’électricité en chauffage est moins élevé que pour les autres. Pourquoi ? L’explication est dans le texte : ” Le fioul est l’énergie pour laquelle les consommateurs dépensent le plus, notamment parce qu’ils habitent des maisons individuelles plus grandes que les autres consommateurs.” On retrouve donc la même conclusion qu’ailleurs : toutes choses égales par ailleurs, l’électricité est l’énergie la plus chère pour obtenir de la chaleur. 

Un petit calcul de coin de table

Enfin, j’ai voulu jouer au “consommateur” en me faisant une micro-simulation, à partir de ces données trouvées rapidement sur internet. J’ai comparé deux scénarios :

  • un scénario “tout électrique”, basé sur un abonnement à 18kVA, que j’ai estimé à 209 €/an, et un kWh à 0,15 €
  • un scénario “gaz+ électricité”, basé sur un abonnement électrique de 6 kVA (120 €/an, le kWh à 0,15 €), et un abonnement gaz à 250 €/an, avec un kWh à 0,05 €. Je compte une répartition de 2/3 de consommation pour le gaz (chauffage + eau chaude), et 1/3 pour l’électricité. 

Et je fais évoluer tout cela en fonction du volume global consommé, au pas de 500 kWh. Ce n’est pas une analyse très raffinée, mais c’est un début…

chauffage électrique - simulation

Dans ce cas précis, les courbes se croisent pour une consommation de l’ordre de 2500 kWh/an. Est-ce important ? Non. C’est tout petit, comme on le voit par exemple ici. Une autre manière de le voir : pour un logement de 70 m2, 2500 kWh/an représentent 35 kWh/m2/an pour le total des usages. C’est le cas de fort peu de logements. 

Conclusion ? Pour l’immense majorité des cas, l’écart des abonnements se rattrape rapidement et largement. Le “tout électrique” reste la variante la plus chère. 

Idée reçue n°3 sur les radiateurs électriques : « Ce n’est pas confortable ! »

Allez, parlons d’autre chose que de consommation et d’argent, abordons le confort. Gros sujet. Voyons ce qu’on nous dit, d’abord sur la qualité de l’émission de chaleur

Les nouveaux matériaux utilisés (stéatite, pierre de lave, brique réfractaire, céramique…) permettent ainsi de diffuser une chaleur douce de façon homogène dans l’ensemble de la pièce. 

Puis un autre argument avancé, tenant cette fois à la qualité de la régulation. 

Et grâce à leur thermostat électronique, les nouveaux chauffages électriques maintiennent une température ambiante au 10e de degré près.

La diffusion de la chaleur : on rattrape le retard

L’argument avancé est que, en 20 ans, les émetteurs électriques sont passés du bête convecteur qui “grillait” l’air à des émetteurs à basse température, fonctionnant principalement sur un mode rayonnant. C’est vrai, c’est un véritable gain, avec moins de contraste, moins de convection et de poussière sur les murs. 

Mais en réalité, que s’est-il passé ? Ceci : les émetteurs électriques ont rejoint les caractéristiques des émetteurs hydrauliques. Ceux-ci étaient déjà bien souvent lourds, inertes, et pouvaient être à basse température, bien plus que les “grille-pains”, en tous cas. Certains étaient même raccordés sur une chaudière électrique, une technologie peu répandue (comme expliqué ici), parce que “l’électricité est l’énergie la plus chère pour se chauffer”… Décidément, cette idée reçue a la vie très très dure😁. 

Conclusion : la “révolution technologique” des émetteurs électriques leur a permis de rattraper leur retard sur les autres émetteurs. Pas grand chose de plus. 

La régulation : le fantasme de la maîtrise absolue

L’argument avancé est qu’il est possible de réguler une ambiance au 10ème de degré près. C’est un peu présomptueux. Certes, on peut afficher une consigne avec une virgule sur un écran. 

chauffage électrique - robinet

Cela n’annule ni les stratifications, ni les hétérogénéités de température. En réalité, aucun système, même les grands plafonds rayonnants ou les planchers chauffants, ne peuvent fournir une ambiance homogène dans une pièce. D’ailleurs… ce n’est pas très grave, car notre sensibilité et notre adaptabilité naturelle ne le nécessitent pas. 

Par ailleurs, ce n’est pas non plus parce qu’on affiche une consigne stable que l’appareil aura, lui, un fonctionnement stable et régulier. Plus probablement, il fonctionnera avec un hystérésis, une plage autour de la valeur affichée et mesurée au boitier. 

Bref, cet argument qui s’adresse à un imaginaire de contrôle absolu, un ressort très ancien et presque animal, n’est ni réaliste, ni, en réalité, très utile en situation réelle. 

L’info en + : un objet déco ?

Un encadré nous rappelle qu’en plus, on entre dans le domaine du beau… ou presque. 

Véritables atouts déco, les nouveaux chauffages électriques design s’intègrent harmonieusement dans votre intérieur.

Bon, les goûts et les couleurs, ce n’est pas mon rayon. Mais dans les nombreux bâtiments que j’ai vu, il m’est arrivé de voir des objets thermiques utilisés à titre de décoration : une cheminée, un poêle, et même d’antiques radiateurs en fonte décorée. 

Mais il y a une chose que je n’ai jamais vu : un intérieur décoré avec des radiateurs électriques. Si vous connaissez quelqu’un qui a posé l’un de ces appareils sans le brancher parce que c’est joli, je veux bien le contact. 

Donc, oui, ok, c’est moins moche qu’avant. De là à en faire un “atout déco”, une chose qu’on montre aux amis lorsqu’on fait visiter (“vous allez être épatés, regardez… n’est-il pas magnifique ? C’est un radiateur électrique. On ne l’allume pas, c’est trop cher, mais on l’a mis au milieu du salon pour pouvoir en profiter”), il y a un pas. 

Idée reçue n°4 sur les radiateurs électriques : « Ce n’est pas écologique ! »

Revenons dans le champ technique. Et franchement, à notre époque, difficile de ne pas parler environnement. La route semble toute tracée, et l’annonceur s’y engouffre avec enthousiasme :

Pourtant, contrairement aux énergies fossiles, l’électricité est une énergie bas carbone, produite principalement grâce au nucléaire et aux énergies renouvelables (hydroélectrique, éolienne, solaire…). Energies renouvelables dont la part est en pleine croissance au sein du mix énergétique français !

L’affirmation “l’électricité est une énergie bas carbone” demande une vérification. Et en réalité, selon comment on regarde la situation… ce n’est pas si évident en ce qui concerne le chauffage électrique.

L’électricité est-elle bas-carbone ?

Les deux graphiques ci-dessous comparent les émissions de CO2 en France sur une période d’un mois (données issues de l’incroyable site de RTE).

Le premier montre qu’au printemps (mois de mai 2019), le mix est relativement peu carboné, oscillant entre 25 et 47 gCO2/kWh.

chauffage électrique - RTE1

Le deuxième graphique montre le mix sur une période hivernale, plus froide. Le contenu CO2 oscille maintenant entre 40 et 80 gCO2/kWh, soit deux fois plus qu’en été.

chauffage électrique - RTE2

Mais il s’agit d’une vue biaisée, qui intègre la totalité des usages. Selon la méthode officielle, l’électricité à usage de chauffage est comptée à 180 gCO2/kWh. On commence à s’approcher des valeurs du gaz (230 gCO2/kWh) ou du fioul (300 gCO2/kWh), selon les valeurs conventionnelles.

C’est donc une peu limite de dire “l’électricité est globalement peu carbonée, donc le chauffage électrique émet peu de CO2”, car même la comptabilité officielle dit que le chauffage électrique émet 2 à 3 fois plus de CO2 que les autres usages

L’électricité de chauffage est haut-carbone

Mais c’est encore pire si on utilise une comptabilité marginale pour les émissions de CO2 (cette méthode, également utilisée par l’ADEME et RTE est décrite en détail ici). Avec une telle méthode, le contenu CO2 de l’électricité à usage de chauffage est de… 500 à 600 gCO2/kWh, soit 2 fois plus que les énergies fossiles. 

C’est facile à comprendre :

  • l’électricité de chauffage est un usage “de pointe”, qui mobilise les moyens de production les plus carbonnés
  • ces moyens carbonés brûlent des énergies fossiles avec un rendement de l’ordre de 40% pour faire de l’électricité… à son tour transformée en chaleur. Le rendement global est donc mauvais. 

Le chauffage électrique, donc, est le moyen de chauffage le plus chargé en carbone de tous. La citation d’une étude “CEREN 2017”, fournie sans lien, n’y change rien.

Attention – zone de mauvaise foi

Mais attention, car voici que s’avance, à mon sens, la perle de tout cet article :

Enfin, last but not least, contrairement aux modes de chauffage à énergie fossile, le chauffage électrique ne pollue pas l’air intérieur.

chauffage électrique - ChauffageJ’avoue être perplexe. De quoi nous parle-t-on ? De logements où les cheminées de chaudières débouchent dans la cuisine ? Des gens qui brûlent du fioul par terre ? Je ne comprends pas en quoi un mode de chauffage à énergie fossile peut polluer l’air intérieur, à moins que la comparaison s’effectue avec les micro-poêles à pétrole d’appoint… mais je n’avais pas l’impression que c’était le sujet de l’article.

La formulation “revue et corrigée” de l’idée reçue numéro 4 me semble pouvoir être la suivante : “Et non, le chauffage électrique, ce n’est vraiment pas écologique, et c’est très carboné

Idée reçue n°5 sur les radiateurs électriques : « Ce n’est pas très moderne ! »

Nous en sommes à quatre “idées reçues”. Pour l’instant, pas une seule ne s’est avérée fausse. Elles ont en revanche permis à l’annonceur de faire un bien bel étalage d’informations fausses, biaisées ou non-sourcées… ou tout ça à la fois. 

Il nous reste la cinquième, dont je doit avouer que… oui, EDF a raison.

A chaleur douce, rayonnant, intelligent voire connecté : le radiateur électrique ne s’est pas laissé dépasser.

C’est malheureusement vrai. Alors que le chauffage électrique, sponsorisé pour justifier un programme électrique dans les années 60/70, aurait dû disparaître depuis longtemps, comme dans bien d’autres pays, il est toujours là.

Jusqu’à présent, les influenceurs bien placés ont résisté dans tous les domaines possibles pour que les réglementations thermiques ne tuent pas complètement cette “technologie” anachronique, coûteuse et inefficace. 

Et dans notre époque assoiffée de “connectivité”, “d’intelligence” et de technologie, les résistances électriques s’en sont habillées. Donc oui, malheureusement, les radiateurs électriques sont “modernes”. Si vous saviez à quel point je le regrette…”

Bonus et conclusion : “une idée pas encore reçue”

Je vais vous l’avouer : il m’arrive de préconiser le chauffage électrique dans certains bâtiments. Plus fort : le bâtiment tertiaire le moins consommateur de France est chauffé électriquement. Il y a donc des cas où le chauffage électrique est une solution pertinente. 

Quels sont ces cas ? Et bien… ceux qu’EDF mentionne dans sa première idée reçue : les bâtiments qui n’ont quasiment aucun besoin de chauffage. Dans ces situations encore trop rares, l’électricité est un moyen intelligent de passer de minuscules apports de chaleur à moindre coût. Lorsqu’on doit injecter quelques dizaines ou centaines de watts ponctuellement, il n’y a pas de système plus optimisé. Mais dans ce cas, le radiateur peut être… une simple ampoule.

Alors, au delà des mensonges et informations déformées de ces publicités destinées à vendre un produit coûteux et inutile, vous pouvez retenir ceci : le seul cas où le radiateur électrique est efficace.. c’est quand il n’y a (presque) pas besoin de chauffage. Sinon, oubliez.chauffage électrique - EDF et moi

pascal

Pascal est designer énergétique depuis plus de 15 ans, avec des expériences variées dans les domaines du bâtiment, des vêtements et équipements. Il est également musicien et écrivain, et habite en Savoie (France).

Click Here to Leave a Comment Below

Aymeric - 12 août 2020 Reply

Bonjour Pascal,

Je suis ingénieur en performance énergétique et fervent défenseur du chauffage électrique, dans ton article effectivement on compare des émetteurs mais un radiateur et à la fois émetteur et producteur…
Un radiateur à eau chaude n’est capable de chauffer que si le réseau d’eau chaude est maintenu en température…
Et c’est là le problème, aucun réseau n’est isolé lorsqu’il est dans la maison donc l’ensemble du réseau émet de la chaleur sans aucune régulation car la régulation est portée sur l’émetteur final à savoir la vanne thermostatique dernier cri connecté que tu présentes…
Donc toutes les calories distribuées avant le sont sans aucune possibilité de gestion Occupation/Inoccupation ou besoin ou non de la pièce.

L’avantage des radiateurs dernière génération équipés de détecteur de présence est qu’il comprennent les usages de chaque pièce indépendamment, ainsi chaque espace de vie à sa propre consigne et régulation.

Enfin, il y a quand même un impact financier non négligeable, aujourd’hui la cuisson au gaz est marginale donc l’abonnement gaz ne sert que au chauffage (j’occulte volontairement les chaudières individuelles de production ECS car l’objet de ton article est le chauffage) donc l’abonnement de 50€/mois n’est mutualisable avec aucun autre usage domestique alors que l’abonnement électrique fait tout…

Pour le confort, vaste débat trop de technologies différents (inertie, double émissions, plancher/plafond rayonnant etc…) pour permettre un comparatif digne de ce blog.

Je suis Rémois et nous avons également eu 2 explosions malheureusement mortelles dû aux usages du gaz donc je ne peux que être sensibilisé à limiter ces risques notamment pour les publics sensibles.

Bibi - 8 décembre 2019 Reply

Excellente réponse Pascal à propos du message de Monique. Ça me fait penser à une soirée sur l’efficacité énergétique des logements où l’on parlait d’isoler, aussi d’avoir un logement à la taille adaptée au besoin. Et j’ai fini par dire que l’isolation la plus efficace s’appelait le pull. Bon je porte un cardigan, ce n’est pas mal non plus^^.

Ce n’est pas “la” solution mais ça y participe : un degré de moins pour se sentir bien et c’est 7% d’économisés.

On peut ajouter des chaussons confortables et des chaussettes abusivmeent dites “chaudes” : il ne faut pas oublier qu’on ressent la conductivité plus que la température.

Monique Tisseyre - 6 décembre 2019 Reply

Bonjour
Un vieux parent de moins en moins autonome, une maison passoire. Un jour il faut exclure le poêle à bois, le poêle à mazout ou le poêle à pétrole qui ont assuré tour à tour le chauffage de la pièce de vie. On y transporte le lit, le radiateur électrique à bain d’huile fait son apparition. Les notes sont lourdes, bien trop lourdes pour un retraité pauvre.
Quelle autre solution ?
C’est quand on est acculé ainsi qu’on se prend à rêver : Peut-être en effet y a-t-il maintenant des radiateurs plus modernes, plus efficaces et moins ruineux ? On a trop envie d’y croire pour ne pas lire avec intérêt l’argumentation d’EDF dans la pub que vous démontez si efficacement. Justement j’allais me mettre à en chercher un, de ces radiateurs miraculeux…
Je ne suis qu’une novice lambda égarée chez les thermiciens, je n’ai pas lu tous les détails de votre démonstration mais je vous fais confiance et c’est vos trois lignes de conclusion qui m’importent.
C’est un très bon travail que vous avez fait là Pascal Lenormand, un travail d’intérêt général Je vous félicite et je vous en remercie
Monique

    pascal - 8 décembre 2019 Reply

    Merci beaucoup Monique, votre témoignage m’a beaucoup touché.
    C’est un vrai problème, j’ai moi-même eu un parent âgé vivant seul dans une bicoque en mauvais état. C’est très compliqué, on en peut quasiment rien faire en termes de “chauffage”. En réalité, il faudrai aborder ces espaces comme des églises, renoncer à les chauffer pour s’intéresser aux personnes.
    Dans les situations difficiles, il faut essayer de s’en tenir aux basiques : réduire l’espace, chauffer “à la personne”. En se méfiant des problèmes de ventilation, qui sont aussi malheureusement fréquents dans ces bâtisses.
    il y a des bâtiments où, en réalité, on en devrait pas faire vivre des gens, encore moins des personnes qui perdent en autonomie. Il y en a en fait beaucoup trop.
    Belle soirée à vous, et au plaisir.
    Amicalement,

    Pascal

Nicolas F - 27 novembre 2019 Reply

Bonjour,
je vous conseille de lire le “FOCUS” d’EdenMag N°6 pour avoir plus de précision sur certains chiffres annoncés par EDF : https://www.equilibredesenergies.org/edenmag

Nicolas

méthane = mort - 26 novembre 2019 Reply

Ici Pascal Lenormand, du blog Incub’ – les éléments de textes en italique sont de moi, je les ai ajoutés dans ce commentaire
Je publie une partie de ce commentaire pour rappeler les règles :
–> un commentaire est signé : si c’est pour se comporter en troll et se cacher derrière des pseudos, merci d’aller sur d’autres sites.

–> un commentaire constructif n’est pas désagréable : “les escrocs gaziers”, par exemple, n’est pas une expression que je tolère chez moi. Seuls les escrocs traitent les autres d’escrocs. Les autres argumentent.

Cet article est une escroquerie, l’approche marginale du contenu CO2 de l’électricité n’a aucun sens, sauf pour les escrocs gaziers qui polluent la planète avec leur méthane.
Aller lire ces 2 articles :

–> JE NE METS PAS LE LIEN PRECIS, Je le ferai quand vous signerez votre commentaire.
(mais il s’agissait du site “équilibre des énergie”, qui souhaite “faire les promotions des énergies non carbonées”)

Par ailleurs, dans le cas des systèmes électriques, la mutualisation des ressources par le réseau rend l’approche marginale encore plus inappropriée. En effet, une variation de consommation ou de production sur un système électrique ne peut jamais être considérée comme isolée, car blablablablablablabla

(je remettrai votre texte quand vous serez identifié)

–> JE NE METS PAS LE LIEN PRECIS, Je le ferai quand vous signerez votre commentaire.

D’ailleurs même si on calcule le taux marginal moyen de l’intensité carbone français par l’utilisation du machine learning on s’aperçoit qu’il est de 150gCO2/kWh bien loin des aberrations que vous citez

–> JE NE METS PAS LE LIEN PRECIS, Je le ferai quand vous signerez votre commentaire.

——-

De plus le facteur d’énergie primaire est une autre escroquerie que le lobby des escrocs gaziers à réussis à placer dans la RT2012 qui n’a aucun sens, cela n’intéresse personne et blablablablablabla….

Chez Incub’, on ne parle pas comme ça, on dit bonjour on s’essuie les pieds avant d’entrer…

Belle soirée.

Bruno DEPREZ - 26 novembre 2019 Reply

Bonjour Pascal,
je suis admiratif du temps que tu as du passer pour rédiger ce “coup de gueule” sacrément argumenté…
Mais il y a encore plus fort dans la pub mensongère…Il ya qq jours je suis tombé sur un magazine TV qui ventait des panneaux solaires qui allaient annuler votre facture d’électricité…
Comme on dit “plus c’est gros…plus ça passe!”

Vive le développement du râble!

Thomas - 25 novembre 2019 Reply

En effet cette publicité est une blague!
On appelle ça du marketing. Ca a surement été écrit par un stagiaire d’école de commerce qui n’y connait rien (ou pas grand chose) en technique et énergie. Le problème est que ça a été validé par son/ses supérieur(s)…au point d’être affiché sur le site internet d’EDF!
Affligeant donc!

Paul - 24 novembre 2019 Reply

J’aime toujours autant la colère argumentée dont vous faites preuve dans vos articles

Continuez!

Billy - 24 novembre 2019 Reply

Bonjour,

je partage tout votre article sauf le point sur la qualité de l’air intérieur.
De très nombreux logements ont des appareils de combustion de mauvaise qualité (poêle, insert ou carrément cheminée ouverte). On observe une certaine pollution de l’air intérieur par ces appareils : fumée, imbrulés etc. qui se retrouve dans le logement.

Même si l’écrasante majorité des fumées passent bien par le conduit, il en suffit de peu pour polluer l’air intérieur.

Le combo gagnant étant une VMC mettant le logement en dépression avec un appareil de combustion de mauvaise qualité (notamment lors des allumages et lorsque l’appareil s’éteint tout seul la nuit lorsque on cesse de l’alimenter, car le tirage est faible à ces moments là)

Je n’ai pas de sources particulière sur la question mais une simple recherche rapide internet en propose plein (je n’ai malheureusement pas le temps de les trier).
La qualité de l’air intérieur étant un enjeu MAJEUR de santé publique, il faut bien reconnaitre que sur ce point le chauffage électrique marque un point. Après il marque un point uniquement face aux appareils de combustion dans l’espace habitable. Or il est facile de disposer des chaudières en dehors de l’espace habitable. Et les appareils à granulés de bois sont souvent étanches (comme les chaudières gaz modernes d’ailleurs).

Bref, merci encore pour votre article.
PS : j’ai particulièrement apprécié le raisonnement par l’absurde “regardez mon beau radiateur électrique dans mon salon”

    pascal - 24 novembre 2019 Reply

    Bonsoir,

    merci de votre commentaire. Vous avez raison, la qualité de l’air intérieur est un sujet plus que maltraité en France. J’en ai parlé (un peu) dans cet article, et j’y reviendrai.

    Vous parlez des “poêles, inserts ou carrément cheminées ouvertes” (et encore une fois, vous avez raison, c’est un vrai problème), mais ce n’est pas ce dont parle la publicité d’EDF, qui parle des “systèmes à énergie fossile”. Cela ne concerne pas les appareils de chauffage au bois. Les “chauffage à énergie fossile”, dans l’immense majorité des cas, ce sont des appareils à fioul ou gaz.
    Donc soit ils comparent avec des poêles à charbon (quasiment disparus) ou des poêles d’appoint à pétrole, soit ils insinuent que les appareils gaz ou fioul rejettent des polluants dans l’air intérieur.
    Il y a le cas particulier de la chaudière “gaz VMC”, raccordée directement sur VMC en logement collectif. Je n’ai pas d’info particulière, mais ce serait l’appareil dont je me méfierais le plus. Mais beaucoup, beaucoup moins que n’importe quelle table de cuisson au gaz, par exemple.

    Belle soirée à vous.

    Pascal

laurent - 23 novembre 2019 Reply

un logement neuf construit aujourd’hui et chauffé à l’électricité a une consommation environ 60 % plus faible qu’un logement neuf chauffé au gaz !

Avec une bonne PAC (chauffage électrique) au COP de 3 annoncé à 7 degrés pour 35 degrés en émission ça doit passer, non?
En énergie finale bien sûr.

Il va bien falloir vendre les 6 EPR prévus par la feuille de route de l’état…
Plus cher? Non à 12, 13…16 milliards la bête, il va falloir en vendre des kW

    pascal - 23 novembre 2019 Reply

    Bonjour Laurent,

    sauf que… une PAC n’est pas un chauffage électrique, au sens décrit dans cet article. D’ailleurs, le titre est bien “idées reçues sur les radiateurs électriques”, et non “sur le chauffage électrique”, qui aurait pu laisser une ouverture. Mais tu as raison : en torturant un peu le calcul avec des COP adaptés, en énergie finale, etc… on pourrait presque s’en sortir. Qu’un publicitaire soit allé jusque là, j’attends de voir.
    Là, la discussion porte bien sur un chauffage électrique direct.
    Belle journée.

Dom - 22 novembre 2019 Reply

Bonjour,
Merci pour votre article. Je suis entièrement d’accord avec vos analyses excepté pour le point 4 :
On peut en effet comparer les émissions de CO2 entre saisons chaude et froide pour voir la différence, mais je pense qu’il faut alors comparer la moyenne des mois plutôt que leur pic. Entre un mois de juillet et de janvier par exemple je lis plutôt une moyenne de 42 pour l’été et 65 pour l’hiver, soit une différence de 50% et non de 2 fois plus.
Vous écrivez : «Selon la méthode officielle, l’électricité à usage de chauffage est comptée à 180 gCO2/kWh» quelle est la réf svp ?
Vous dites : « Mais c’est encore pire si on utilise une comptabilité marginale pour les émissions de CO2 (cette méthode, également utilisée par l’ADEME et RTE est décrite en détail ici). »
Mais cette référence ne vient pas de l’ADEME ou de RTE mais de l’Association négaWatt, ouvertement anti-nucléaire 😉
Mais surtout je ne comprends pas pourquoi vous dites : l’électricité de chauffage est un usage “de pointe” : on peut difficilement se passer de chauffage l’hiver (comparé à sa télé ou son PC !) et le chauffage est moyenné toute la journée : la journée dans les lieux de travail, le reste du temps dans les foyers.
Je ne pense donc pas que le chauffage électrique soit le plus carboné de tous, bien au contraire. Après c’est sûr que, pour des raisons de couts, il est à limiter aux habitations très bien isolées qui ont besoin de peu d’énergie, ce qui devrait être le cas pour le neuf dorénavant …
Merci

    pascal - 22 novembre 2019 Reply

    Bonjour,
    Je vous fais un premier retour rapide concernant le méthode marginale. Même si j’ai effectivement donné un lien vers le site “Decrypter l’énergie”, maintenu par l’association negaWatt, la note originale décrivant la méthode vient bien de l’ADEME et de RTE. Voici un lien pour retrouver ce document.
    Cette note décrit également la méthode officielle qui précise le contenu carbone de l’électricité de chauffage à 180 gCO2/kWh.
    Je laissera des responsables de negaWatt répondre sur leur positionnement, qui à ma connaissance n’a jamais été “anti-nucléaire”.
    Je reviens bientôt pour les autres points.
    Merci en tous cas de votre commentaire !

    pascal

Michel Lecomte - 22 novembre 2019 Reply

Je ne nie pas le lien entre consommation électricité et climat, ce que je dis est que les moyens de production sans CO2 peuvent y faire face à eux seuls et donc que 98% du temps l’electricite de chauffage est decarbonnée. D’ailleurs, il n’y aura plus de charbon ni de fuel d’ici un an je crois (ceux ci ont été gardés si longtemps pour des raisons sociales, rien a voir avec les besoins), donc seul le gaz existera comme production potentielle de pointe, difficile a croire que l’electricite de chauffage est plus polluante que le gaz dans ces conditions !!!

En fait l’electricite française est très décarbonnée, ce qui fait de la France, l’un des trois pays (avec la Norvege et la Suede) où la voiture electrique est moins polluante (a l’usage, je ne parle pas du reste) que la voiture thermique !!

Désolant qu’EDF raconte des histoires alors qu’elle pourrait s’enorgueillir de notre situation en s’exprimant simplement clairement

Michel Lecomte - 22 novembre 2019 Reply

Vous avez souvent raison mais le jugement est néanmoins biaisé.

Aujourd’hui l’électricité se justifie surtout plus avec les pac, y compris air-air, (qu’avec les radiateurs) seule solution de rénovation pour les bâtiments tout électrique des années 80 et après.

L’électricité peut même se justifier pour remplacer le gaz. Je viens de faire les évaluations pour une vieille maison rénovée du point de vue de l’isolation. Remplacer la chaudière a gaz (et éliminer l’abonnement gaz) par une pac air-eau et un cet conduit a passer l’abonnement électrique de 6 a 9 kVA mais a économiser de 500 a 700 €/an sur le gaz.

Pour les habitations tout électrique avec radiateurs, elles devraient au moins être équipée d’un délesteur. Je fais un suivi de consommation d’une maison de 185 m2 depuis 35 ans équipée d’un délesteur et d’un compteur de 9 kVA, aucun problème en 35 ans. je pense que tout logement en tout électrique devrait, d’origine, être équipé d’un délesteur et on éviterait les pics de consommation à 11-13 et 19-21 h, donc de production lié surtout à la cuisson.

Enfin, lier le CO2 au chauffage est également biaisé. En hiver, le chauffage varie peu entre 15 h et 20 h. La différence de puissance consommée entre ces heures est due à la cuisson, c’est donc à elle qu’il faut attribuer le CO2 produit par les installations de pointe (gaz, charbon) la puissance consommée en France vers 15 h (dont le chauffage) est bien assumée par les production sans CO2, donc le chauffage électrique (en France) est très peu émetteur de GES, n’en déplaise à l’ADEME

    pascal - 22 novembre 2019 Reply

    Bonjour Michel,
    et merci de votre commentaire appuyé d’exemples. Je partage votre avis concernant l’intérêt important des délesteurs, et le rôle qu’ont à jouer les PAC dans l’avenir.
    Je reviens sur votre remarque concernant le contenu CO2 de l’électricité l’hiver. Si la cuisson est la principale responsable de la pointe, comment expliquer la forte relation entre consommation et climat ?
    on trouve dans ce document de RTE la phrase suivante : RTE estime que pour chaque degré de température en moins au niveau national, la consommation augmente jusqu’à 2 400 MW au cœur de l’hiver, soit l’équivalent de la consommation de Paris intramuros.
    Sauf à penser que les français adaptent leurs habitudes de cuisson en fonction de la température, c’est bien le chauffage électrique qui crée la pointe. Même EDF l’affirme, par exemple ici :

    Chaque hiver, les vagues de froid entraînent des pics de consommation d’électricité. Souvent, ces pics sont enregistrés le soir, entre 18 h et 22 h car tous les français rentrent chez eux. Ils allument alors simultanément le chauffage, la lumière et leurs autres appareils électroménagers (lave-linge, télévision, …) ce qui provoque une très forte demande en électricité.

    Aucune mention de la cuisson dans les causes des pics de consommation.

    J’en profite pour mentionner le passionnant Cahier de Global Chance consacré aux usages de l’électricité, que l’on peut retrouver ici.

    Merci encore de votre contribution, et à bientôt !
    Amicalement,

    Pascal

ALLIER Consultant - 22 novembre 2019 Reply

Rien n’a changé depuis la fin des années 60 quand EDF devait trouver des débouchés pour sa production nucléaire. A cette époque ou l’on isolait très peu, il n’y avait qu’une solution pour que le kWh électrique plus de deux fois plus cher que le kWh Fioul soit compétitif: réduire les besoins.
Il faut reconnaître à EDF l’aspect pionnier sur la réduction des déperditions (parois opaques et vitrées, étanchéité à l’air et ventilation contrôlée) qui d’ailleurs à conduit à une réglementation (RT 74, 82…) qui distinguait l’isolation réglementaire d’un bâtiment chauffé à l’électricité ou non…
Il n’y a pas de miracle, à isolation égale, l’exploitation d’un bâtiment chauffé à l’électricité est toujours plus chère qu’un bâtiment qui ne l’est pas! Cependant plus le besoin est faible, (pour une MI, 2000 kwh annuel de chauffage pour fixer les idées) le coût de l’énergie utile produite est d’autant plus élevé que l’installation est complexe si l’on tient compte de l’amortissement des frais d’investissement et de maintenance et qui conduit à faire efficace et simple!
EDF n’a pas saisi l’importance de cette réduction drastique des besoins qui le mettait en pôle position… Bien dommage.

clément - 22 novembre 2019 Reply

“Un logement neuf construit aujourd’hui et chauffé à l’électricité a une consommation environ 60 % plus faible qu’un logement neuf chauffé au gaz !”

Soit ils voulaient dire {logement ancien} et c’est une faute de frappe!

Soit ils font le calcul de la sorte: fixons un objectif du neuf à 30kWhep/m².an pour le chauffage.

Donc en gaz conso de 30 kWhef/m² et en électricité 30/2.58 = 11,6 kWhef/m²
CQFD: 30 -(60%) = 12…

Bien sûr, d’un point de vue réalité, c’est faux et ce logement chauffé à l’électricité sera bien plus isolé! Mais en jouant avec leurs fameux 2.58 et en se fixant un objectif “réglementaire” en énergie primaire ça marche…

Biaisée, trompeur pour le grand public, mais pas totalement faux malheureusement!

Pour le prix, je te laisse refaire les calculs mais en gardant ces hypothèses là on doit s’en tirer…

(Je connais des histoires de bâtiments public ,se disant à énergie positive, qui consomment énormément, mais applique le 2.58 sur la production de la centrale PV en toiture…)

J’adore ta conclusion et encore bravo pour l’article!

Clement

Franz - 22 novembre 2019 Reply

Article très bien argumenté et très intéressant. Merci Pascal !
Je rajouterais, mais ce n’est que mon avis, qu’un des nœuds de ce problème est le parc locatif.
En effet, installer des radiateurs électriques, ça ne coûte pas grand chose par rapport aux autres dispositifs et la facture est à la charge du locataire. C’est donc tout bénéf’ pour les propriétaires.
J’ignore s’il existe des plans visant à encourager les propriétaires à effectuer des travaux de rénovation énergétiques… Mais si c’est le cas, ils sont bien cachés.
Portez-vous bien !

    pascal - 22 novembre 2019 Reply

    Bonjour François,
    merci de votre commentaire… oui, vous avez tout à fait raison ! Quand l’un porte l’investissement et l’autre la charge de fonctionnement, l’électricité sort souvent vainqueur.
    Et pour répondre à votre question : les plate-formes FAIRE ont été mises en place pour encourager les rénovations, y compris pour les propriétaires bailleurs.
    Bonne journée à vous !

    Pascal

laurent - 21 novembre 2019 Reply

Merci M Lenormand pour cet pertinente analyse… Je le transmets, à toute fin inutile, au Point Info Energie de l’agglomération de Cayenne (Guyane) où je réside. Cordialement

    pascal - 22 novembre 2019 Reply

    Bonjour Laurent,
    Merci de votre retour. Et oui, je pense pertinent de donner à voir qu’il peut y avoir debat, et qu’il n’est pas acceptable de dire n’importe quoi dans une publicité, même en étant aussi gros qu’EDF.
    Bonne journée à vous
    Pascal

Leave a Reply: